Actualités
VIGILANCES Hormonothérapie de la ménopause : cancer du sein
Chez des femmes ménopausées, un excès de risque de cancer du sein a été mis en évidence pendant la période d’utilisation d'une hormonothérapie substitutive de la ménopause, persistant plus de 10 ans après l’arrêt de la prise.
PartagerFacebookTwitter

En somme

  • L'utilisation de traitements hormonaux substitutifs chez des femmes ménopausées expose à des cancers du sein, y compris pendant plus de 10 ans après l'arrêt de l'exposition.

  • Ils s'ajoutent à un excès de risque d'accidents cardiovasculaires.
     
  • Cela justifie de les utiliser avec parcimonie, après avoir informé les femmes de ces risques, seulement quand les symptômes sont très gênants et sur une durée la plus courte possible.
     
  • Quand les symptômes sont limités à des troubles vaginaux, recourir à un gel vaginal à base d'eau est un premier choix.
     
  • Quand les méthodes autres que médicamenteuses ne sont pas satisfaisantes, une estrogénothérapie vaginale à dose faible et de courte durée est une option plus sûre qu'une hormonothérapie substitutive par voie orale ou transdermique.
     

©Compétence 4 • Juillet 2020

Le texte complet est réservé aux abonné·e·s.

Télécharger le PDF"Hormonothérapie de la ménopause : cancer du sein"
Compétence 4 • 2020 ; 3 (31) : 210-211. > Pdf (réservé aux abonnés)

Url image

ESSAI Prévention

Déjà ' " , ; :



> Toutes les Actualités

Abonnez-vous Pas encore abonné·e ?
Prolongez votre lecture !
 Je m'abonne