Actualités
PRATIQUES DE SOINS Plaie cutanée superficielle récente
Les soins des plaies cutanées superficielles récentes reposent surtout sur un nettoyage initial minutieux des plaies et des tissus environnants. Les soins ultérieurs sont à adapter à l’évolution de la plaie, sur des bases empiriques faute d’évaluation clinique.

Points-clés

  • Une plaie cutanée superficielle concerne l’épiderme et éventuellement le derme. Elle cicatrise en général spontanément en quelques jours, voire en quelques semaines quand le derme est atteint.

  • Un nettoyage minutieux est l’étape primordiale des soins d’une plaie cutanée superficielle récente pour enlever les débris cutanés et sanguins, les corps étrangers, et d’éventuelles souillures.
     
  • Quand la vaccination antitétanique n’est pas à jour, un rappel du vaccin tétanique est à effectuer au plus tôt. Injecter en plus des immunoglobulines tétaniques est alors parfois justifié.
     
  • Des soins spécifiques sont justifiés en cas de corps étrangers difficiles à éliminer, de plaie large ou profonde, de saignements abondants ou persistants, ou de signes d’infection au cours du suivi.

A écarterTraitements à écarter lors d'une plaie
cutanée superficielle récente


Antibiothérapie d'emblée. Aucune donnée ne justifie le recours à un antibiotique devant une plaie cutanée superficielle récente sans signe clinique d'infection.

Antiseptiques contenant de l’alcool. L'application sur une plaie cutanée d’un antiseptique contenant de l'alcool est irritante et douloureuse, sans avantage clinique démontré sur l'application d'antiseptiques qui n'en contiennent pas.

Association de substances à visée antiseptique, détergente ou anesthésique. Les spécialités destinées à une application cutanée qui associent plusieurs substances à visée antiseptique, détergente ou anesthésique exposent à plus d’effets indésirables que celles qui ne contiennent qu'un principe actif, sans avantage clinique démontré.

Colorants. Les spécialités destinées à une application cutanée qui contiennent un colorant tel que l'éosine ou la merbromine exposent à des effets indésirables cutanés à type de dermites de contact, sans avantage clinique démontré. La coloration de la peau gêne la surveillance des plaies.

©Compétence 4 • Janvier 2019

Télécharger le texte complet :

Télécharger le PDF"Plaie cutanée superficielle récente"
Compétence 4 • 2019 ; 2 (13) : 12-15. > Pdf (réservé aux abonnés)

Url image

ESSAI Prévention

Déjà ' " , ; :



> Toutes les Actualités

Partager